Loading...
12Jan

Premières références pédagogiques

Posted byBlogNo Comments

:: Référents ::

Cindy Bodeux : professeur en méthodologie à Jonfosse – Liège
Sabine Minez : pédagogue à l’ULg & Jonfosse – Liège

Valère Manhout : Artiste & professeur d’Arts Graphiques retraité de Don Bosco Liège & Waha
Luc Devroye : Professeur de sciences informatique aux School of Computer Science McGill Chicago & University Montreal
Neville Brody (U.K.) : Le plus grand typographe contemporain (mon Maître)

Ouvrages & documentation sur la pédagogie de projet :

hoebregs.com/library/
icone-pdf


Notions théoriques de base.

Pédagogie de projet – définition

La pédagogie de projet est une pratique de pédagogie active qui permet de générer des apprentissages à travers la réalisation d’une production concrète. Le projet peut être individuel (comme un exposé ou une maquette) ou collectif (l’organisation d’une fête, d’un voyage, d’un spectacle). Il est semblable à une entreprise qui permet à un collectif d’élèves de réaliser une production concrète socialisable, en intégrant des savoirs nouveaux 1. En effet, lors de la démarche de projet, l’élève est placé en situation de résolution de problèmes, participant de fait au processus d’apprentissage. Cette pédagogie est également fondée sur la motivation des élèves et que permet l’objectif de réalisation concrète.

Historique

Historiquement, la pédagogie de projet remonte au philosophe John Dewey. Mais l’idée project-based learning a vraiment été précisée par William Heard Kilpatrick, en 1918, dans un article intitulé The Project Method 2.

Les étapes de la pédagogie de projet

> Choisir

Le projet doit être défini dans ses buts et objectifs.
Pour les enseignants tenant de l’éducation nouvelle, cette étape de choix fait partie intégrante du projet. Rechercher un thème intéressant, vérifier la faisabilité, rechercher un consensus dans le cas d’un projet collectif ont en eux-mêmes une valeur pédagogique importante.
Quand la démarche de projet est employée dans une pédagogie plus traditionnelle, cette étape est généralement réalisée par l’enseignant, qui propose un choix aux élèves parmi des thèmes qu’il a sélectionné.

> Produire

Les élèves, ou les étudiants, vont mener à bien leur projet de façon autonome. Ils vont chercher les informations, essayer, analyser leurs échecs, leurs réussites, chercher encore jusqu’à ce que leur projet aboutisse. Les projets font émerger des besoins en termes d’apprentissage. Tout au long de leur travail, les étudiants sont amenés à faire le bilan de leurs avancées, en fonction des objectifs de départ. Il s’agit bien là d’auto-évaluation.

> Faire le bilan

Le temps de bilan fait partie intégrante du projet. Tout projet doit aboutir à une production que les autres vont voir et reconnaître. La présentation du travail réalisé à ses pairs, ou à un cercle plus large en est un élément important. Le bilan permet la valorisation des efforts accomplis en vue de la réalisation du projet. Il a pour fonction de rétrocéder une partie du travail et des acquis du projet aux porteurs.
Le bilan est un outil de la production de savoirs empiriques. Il crée une pause et de la distanciation propre à formaliser des connaissances ou ajuster des comportements. Sa pertinence est alors meilleure après un laps de temps suffisant qui tend à objectiver son contenu en écartant les parasites émotionnels générés par l’action.


Le rôle de l’enseignant

L’enseignant a ici un rôle d’accompagnement pédagogique. Il est là pour leur apporter des outils variés et discuter avec les étudiants de la méthodologie. Il organise les apprentissages nécessaires à la réalisation du projet, il aide à régler les problèmes de fonctionnement des groupes, il s’assure de l’aboutissement du projet et de sa présentation.


Notes & références

1. ↑ Michel Huber, 1999, p. 17.
2. ↑ William H. Kilpatrick, The Project Method, dans la revue Teachers College Record, 1918.
—
Bibliographie

Éduquer à l’environnement par la pédagogie de projet; un chemin d’émancipation, Réseau École et Nature, éd. L’Harmattan, 1996
Michel Huber, Apprendre en projets: la pédagogie du projet-élèves, Chronique Sociale, coll. « Pédagogie Formation », 1999 (ISBN 2-85008-583-9)
Djemâa Bensalem, « En quoi la pédagogie de projet permet-elle de donner du sens à l’enseignement du français ? », Synergies Algérie, no 9, 2010, p. 75- 82
Arpin, L et Capra, L., L’apprentissage par projets, Montréal, Chenelière/McGraw-Hill, 2000
Bordallo, I et Ginestet, J-P, Pour une pédagogie du projet, Paris, ESF éditeur, 1993
—
hoebregs.com/library/pedagogie_projet_definition.pdf

Ouvrages & documentation sur la partie pratique :

Manuels pratiques d’Adobe Illustrator, FontLab Studio, Fontographer & Apple Font Book

hoebregs.com/library/
icone-pdf


mickaelhoebregs3

Mickaël Hœbregs hoebregs.com ©Ø3/2Ø17

11Jan

Typographie pratique I : Création de la matrice

Posted byBlogNo Comments

LA CONCEPTION D’UNE POLICE DE CARACTÈRE

Le registre complet d’un police de caractère étendue latine comprend aujourd’hui autour de 260 glyphes & sa préparation, sa systématisation, réclament un ensemble homogène. La beauté contemplative, le jeu calligraphique ne suffisent pas à eux seuls à faire une écriture universelle utilisable à l’échelle internationale. Les systèmes de compositions modernes & l’infographie fait le reste.
Le soin apporté à l’écriture & le service rendu par l’écriture sont au cœur d’un processus perpétuel de création. S’appuyant sur une parfaite connaissance scripturale & sur ses exigence historiques, le typographe trouve toujours des nouvelles idées esthétiques créatives. En même temps, il est important que les processus conceptuels & l’ordonnancement d’un nouvel alphabet soit considéré comme un tout formel concret.
Avant de coucher les premiers signes sur papier (a, b, e, g, s, A, B, E, G, S), il faut définir les aspects très précis tel que les problèmes de style, les données techniques ainsi que les notions d’objectifs & destination (fonte destinée à l’édition, sûrement déco, …).
Les seules considérations esthétiques ne suffisent pas pour venir à bout de la complexité d’un caractère typographique, & surtout d’un type usuel. Il ne faut en rien se soumettre à la mode, aux tendances & ne rien laisser au hasard. La réalisation pratique d’un alphabet de lecture continue ne laisse à son créateur que relativement peu de marge pour des modifications sûrement esthétiques par rapport au concept de base théorique.
Le typographe se sent engagé au service du mot même s’il est dépendent des dernières technologies. Son objectif déclaré est toujours de faire en sorte qu’en harmonie, les choses, les éléments forment un tout. Il faut privilégier les formes simples & nettes, la connaissance des interactions & le large spectre du noir & du blanc, de la lumière & de l’ombre tel un processus alchimique, con clavier créateur, comme un jeu d’échec possède des touches noires & des touches blanches. Trouver toujours des nouvelles tonalités & des nouvelles compositions dans le domaine de l’écriture.

Inspiré  d’un texte de Horst Heiderhoff
Adrian Frutiger, À Bâtons rompus.


LA TABLE DE CARACTÈRES DISPONNIBLE AU CLAVIER

table_caracteres copy


5 clefs pour créer une police de caractères équilibrée

1 – Pour quel usage ?

Dans un premier temps, il va falloir déterminer à quel usage sera destinée votre police.

  • Est-ce pour le corps d’un texte ou plutôt pour des titres ?
  • Apparaîtra-t-elle sur papier ou sur écran ?
  • S’adressera-t-elle a un public particulier (enfants par exemple) ?
  • Comportera-t-elle les caractères spéciaux de langues étrangères ?

Ces questions vous permettront de choisir certains aspects primordiaux de votre police de caractères. Une police serif sera idéale pour des volumes de textes denses, comme des pages de roman, les empattements permettant à l’œil du lecteur de suivre une ligne constante.

2 – Tout commence sur le papier

La meilleure manière de commencer à réfléchir au dessin de votre police de caractères est de commencer vos esquisses sur papier. Cela permet d’être plus libre de ses tracés sans avoir à jongler avec les différents outils d’un logiciel.

En commençant par dessiner sur papier , vous n’avez pas besoin de réfléchir aux gestes que doit faire votre main pour arriver à tel ou tel tracé, et vous pouvez ainsi vous concentrer uniquement sur le dessin et laisser libre cours à votre créativité. Le mieux est de s’aider d’une grille afin de créer des lettres équilibrées, avec des courbes fluides.

3 – L’étendue de la série

Si vous souhaitez créer une police de caractères complète et utilisable dans différents contextes, il est conseillé de réfléchir aux fontes qui vont composer votre police.

Une même police d’écriture est effectivement composée de plusieurs fontes. Par exemple, Times New Roman est une police dont l’une des fontes peut être Times New Roman italique 12 points.

Il faudra donc que votre police soit la plus harmonieuse possible même passée en italique ou en gras. Pensez à la décliner, ne vous contentez pas d’incliner les caractères de quelques degrés pour créer une italique ou d’augmenter leur taille pour obtenir une graisse différente. Sur une police script dont les lettres sont normalement liées entre elles, un italique mal construit aura comme conséquence une séparation brutale de chaque lettre, et rendra le tout très inesthétique.

4 – Chasse et approche

Ces deux notions sont importantes dans le processus de création d’une police d’écriture, elles vont déterminer le confort de lecture et la lisibilité des lettres.

L’approche représente l’espace vide entre chaque lettre d’un mot. Cet espace est propre à chaque police, et doit être pensé en fonction du dessin de chaque lettre. Par exemple, un « i » de par sa forme très étroite n’aura pas la même valeur d’approche qu’un « w ».
Ce réglage se fera beaucoup en fonction de votre œil, et non de valeurs numériques strictes. L’idée étant de déterminer quel est le meilleur équilibre.

La chasse (également appelée « avance ») représente la largeur du caractère avec ses approches. Basiquement, elle peut être fixe ou proportionnelle. Une chasse fixe aura la même taille pour tous les caractères alors qu’une chasse proportionnelle, la plus répandue, sera variable en fonction des lettres.

Là encore, elle est à déterminer en fonction du confort visuel.

Graphique par http://typomanie.fr/

5 – Travailler en vectoriel

Pour construire correctement votre police d’écriture, la méthode la plus adaptée est de travailler en vectoriel sous Illustrator, une fois le dessin global de chaque lettre déterminé.

Cela vous permettra d’obtenir des lignes très nettes, sans pixellisation à l’agrandissement et surtout un tracé de courbes parfait.

En effet, si vous avez la possibilité de passer beaucoup de temps pour travailler votre police, il faut garder en tête que chaque lettre doit rester harmonieuse aussi bien sur un texte de taille standard qu’agrandie pour figurer sur une affiche 4 par 3.

Le tracé d’une police doit être extrêmement précis, c’est pourquoi travailler en très grand le dessin de chaque lettre est primordial. Cela vous permettra de détecter des défauts imperceptibles en taille réduite comme les cassures de courbes ou encore les erreurs sur les angles et les pointes.­


LA MATRICE

Cadre dans lequel vont s’inscrire tous les glyphes composant la fonte.

Description : chois d’une grille originale aux proportions dorées (1,618 / 2), soit un rectangle de base de 14 unités de longueur & 22 unités de haut.

HoebregsDidone-paperdesign1

10Jan

Typographie pratique II : Création des lettres principales sur papier

Posted byBlogNo Comments

:: DESCRIPTION GRAPHIQUE ::

Dessins à l’encre, main levée sur papier torchon.

ARCHITYPE DIDONE

De la famille typographique Didone (selon la classification Vox-Atypi) se caractérise par des empattements rectilignes et des déliés d’une extrême finesse. Leur apparition, à la fin du XVIIIe S., résultait moins d’un progrès dans l’art des graveurs que dans l’apparition d’une nouvelle qualité de papier vergé, et d’encres à séchage rapide, évitant de faire baver les lettres.

Associées dès le règne de Napoléon à une typographie à la française, les didones furent massivement utilisées en France de 1810 aux années 1950 pour les imprimés règlementaires, les manuels scolaires, et une grande partie de l’édition scientifique. Mais à la faveur de la bureautique, l’emploi de cette famille de polices a largement régressé, même en France : une des principales causes est sans doute la résolution trop faible des écrans d’ordinateur, qui gomme ou crénèle les déliés.

Architype, utilisation des codes graphiques géométriquement parfait issus de l’Architecture.

09Jan

Typographie pratique III : Mise au net vectorielle de la Fonte

Posted byBlogNo Comments

Dessins de tous les glyphes dans Adobe Illustrator.

07Jan

Typographie pratique IV : Génération de la True Type dans FontLab Studio

Posted byBlogNo Comments

Screen Shot 2017-04-10 at 14.03.50

06Jan

Typographie pratique V : Utilisation de la fonte

Posted byBlogNo Comments

azur logo

04Jan

La technique FREINET (PowerFreinet) 0

:: Ce que j’en retire ::

Celestin Freinet mit en place une technique issue de Rousseau faisant des esprits libres, autodidactes, illimités pensants, raisonnants ayant les moyens avec l’imprimerie de diffusion d’idées à grande envergure.

02Jan

La technique FREINET (PowerFreinet)

Posted byBlogTagged powerfreinetNo Comments

:: Ce que j’en retire ::

Celestin Freinet mit en place une technique issue de Rousseau faisant des esprits libres, autodidactes, illimités pensants, raisonnants ayant les moyens avec l’imprimerie de diffusion d’idées à grande envergure.

01Jan

Identité professionnelle

[I] Vision personnelle d’un enseignement idéal
dans les Arts Graphiques

Le professeur devant être actif dans son domaine extra-scolaire, un professeur de dessin – artiste naturellement quota sur le marché de l’Art produisant des expositions, …

L’enseignement devant être gratuit, autant pour certains droits d’inscriptions que pour les fournitures, pour le matériel & les visites didactiques (musées, expos, …).

Un enseignement artistique pluri-disciplinaire à la méthode de Rousseau, les élèves s’essayant à toutes les disciplines : dessin, infographie, gravure, peinture, sculpture, design, web, … trouve lui même la discipline dans laquelle il excelle.

L’enseignement esthétique devant être basé sur l’originalité & l’interprétation graphico-visuelle non sur le “juste, le beau & le laid”, notions propres à chaque individus.

Un enseignement doté des dernières technologies avec du matériel sans cesse renouvelé.

Un enseignement doté de découvertes libres permettant d’analyser des œuvres d’avant mais aussi contemporaines, la création d’une culture générale libre face aux aspirations & goûts de chacun des apprenants.

Une méthodologie technique avec les outils non généraliste mais encore une fois propre aux désidératas de chaque élèves.

Un enseignement graphique papier & numérique.

Une étude découverte des bases permettant aux élèves ensuite d’évoluer à son rythme avec des auto-évaluations.

Un enseignement artistique permettant également aux élèves à vendre ses œuvres, de s’auto-promotioner, de présenter son travail face à des futurs employeurs.

Termes en exergue :
GRATUITÉ • PLURI-DISCIPLINAIRE • ORIGINALITÉ • TECHNOLOGIE

classe-infographie2


01Jan

Projet de pédagogie théorique autour de la typographie

Posted byBlog2 Comments

PRÉSENTATION DU CONCEPT

:: Genesis ::

Ce blog a pour but la conception théorique d’un projet pédagogique autour des Arts Graphiques & plus particulièrement de la typographie, ma spécialisation. Pour quoi la typo ?  Comme je le stipule dans ma citation : La typographie indique le degré d’une société, l’alphabet (phonétique) dans notre civilisation (& non idéogrammes) nous permet de communiquer, d’enregistrer les informations dans l’espace mais aussi dans le temps. La mission du typographe est d’esthétiser au maximum les codes “lettres” pré-établis, de les rendre les plus harmonieuses possibles selon l’air du temps, nous somme même capables de dater un texte écrit selon le type d’écriture utilisée. Le plan esthétique est une chose mais l’esthétique personnelle doit être laissée au vestiaire, le typographe se connecte sur l’esthétique universelle pour réussir son travail tel le Nombre d’Or, le ratio dont toute vie est sensible.
J’ai connu lors de mes études en Arts Graphiques une charnière, le fait de devoir composer des mises en pages aux instruments (Rotring, encre de chine, typomètre & compas sur table lumineuse millimétrée), en 1991, j’ai eu mon premier Mac SE30 avec Illustrator 1.1, Photoshop 2 & Page Maker, un outil qui a boosté ma créativité, la pratique numérique avec un raisonnement graphique issu du matériel.

— Un créatif complet se doit de travailler avec ses images & fontes originales. —


LES ÉLÈVES SERONT CAPABLES DE DESSINER UNE POLICE DE CARATÈRE (truetype vectorielle) DE 256 GLYPHES OU SIGNES DISPONIBLE AU CLAVIER.
Cette police de caractère sera développée sur papier, la mise au net de fera dans Adobe Illustrator & la génération se fera dans FontLab Studio & Fontographer.


CONCEPT

Les élèves réaliseront dont une police de caractère complète, ces fontes seront mises en ligne sur le site internet “hoebregs.com/typographie dans la section “téléchargements” & présentée comme suit :

typographytech-concept

Les élèves réaliseront dont une police de caractère complète, ces fontes seront mises en ligne sur le site internet hoebregs.com/typographie dans la section “téléchargements” & présentée comme suit :

Untitled-1


Caractères à créer

[1]. ASPECT THÉORIQUE : Anatomie des caractères, familles de caractères, les matrices de construction typographique.

LeconTYPOGRAPHIE-MH-2017

[2]. ASPECT PRATIQUE I : Dessin de la matrice de construction des lettres.

matrice

[3]. ASPECT PRATIQUE II : Dessins des lettres bas-de-casse, capitales & caractères spéciaux sur papier aux instruments de dessin & graphite.

Scan 5

[4]. ASPECT PRATIQUE III : Mise au net vectorielle dans Illustrator.

a

[5]. ASPECT PRATIQUE IV : Génération (disponibilité au clavier) dans FontLab Studio.

Screen Shot 2017-03-27 at 12.50.56

[6]. ASPECT PRATIQUE V : Mise en ligne de la fonte sur le site.

[7]. ASPECT PRATIQUE VI : Promotion de la fonte par l’élève par visuel via Instagram.


[8]. PRÉSENTATION DU SITE VERS L’EXTÉRIEUR :

Unknown
fontshop.com
: plus grand éditeur mondial de typographie (mon partenaire)

Unknown
typo talks.com
: portail typographique le plus important

moose0
luc.devroye.org
Born in TienenBelgium, too long ago. Grew up in Tienen and went to the University of Leuven (Belgium). Got married to Bea. Studied for two years at Osaka University(Japan). Obtained a Ph.D. degree from the University of Texas in 1976 under the supervision of Terry Wagner, with a thesis entitled Nonparametric Discrimination and Density Estimation. Joined the School of Computer Science at McGill University in 1977 as a young snotnose. Recognized by his peers as a slum dog in 2008, an inglorious basterd in 2009, an artist in 2012, and a gentleman / wolf in 2013. Thanks to a wonderful bunch of students and colleagues all over the world, still hanging in there. Will never retire. Read this piece by Julius Greythis piece by Julius Grey and L.-M. Casgrain, and this quote by Walter Crowley to understand Luc, and listen to Jeremy Rifkin to worry with him. He supports fundamental research following the model of Daniel Zajfman and Weizmann Institute.

logo_cgii
centredelagravure.be

Unknown-1
atypi.org/about-us/prix-charles-peignot
© Association Typographique Internationale


Unknown
Cabinet du Ministre Jean-Claude Marcourt

Vice-Président et Ministre en charge de l’Economie, de l’Industrie, de l’Innovation, du Numérique, de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et des Médias du Gouvernement wallon

sebastien.legat@gov.wallonie.be


mickaelhoebregs3

Mickaël Hœbregs hoebregs.com ©Ø3/2Ø17

 Previous  All works Next